Sélectionnez votre pays/région dans le menu ou en cliquant sur la carte du monde *
Country Selector Alternate Image
 
                               
                               
                               

                              Troisième étape du tour de France de Schneider Electric à Nice :

                              L’EnerCamp a réuni plus de 50 participants pour débattre autour de la gestion intelligente de l’énergie !

                               
                               
                              Get Adobe Flash player
                               
                               
                               
                               
                               

                              Le 11 avril 2013, sur le site Horizon de Schneider Electric à Nice (Carros), s’est tenu le troisième EnerCamp, atelier participatif réunissant toutes les parties prenantes locales concernées par la gestion intelligente de l’énergie, et souhaitant faire entendre leurs propositions dans le débat national sur la transition énergétique.

                              Officiellement labellisée dans le cadre du débat national, cet EnerCamp a également reçu le soutien de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, particulièrement concernée par les problématiques énergétiques. En effet, au regard de sa position géographique, la région est une véritable péninsule énergétique qui l’expose - à l’instar de la région Bretagne - au risque de saturation du réseau au moment des pointes de consommation.

                              Le troisième débat participatif de ce tour de France, autour du thème « Energie : consommer moins, consommer mieux » s’est tenu dans l’agglomération niçoise, à Carros, au cœur de l’Eco-Vallée, l'un des territoires de France les plus avancés dans l’application de projets pilotes en matière de Développement durable.
                              Schneider Electric, partie prenante de ce projet d’Etat, a notamment développé avec son site Horizon une vitrine dans la région mixant éco-conception des bâtiments, production photovoltaïque et pilotage intelligent des installations lui permettant d’être un bâtiment positif au plan énergétique.

                              C’est donc naturellement que plus de cinquante personnes se sont mobilisées pour participer à cet EnerCamp – élus, académiques, institutionnels, industriels, blogueurs et acteurs de la filière électro-technique.

                              « Cette soirée a donné lieu à une mobilisation très forte des principaux acteurs de l’éco-système énergétique de la région. Les participants étaient engagés dans un débat qui a été ouvert, productif et ludique. Au final, une immense richesse d’information et de suggestions en résulte. Cette contribution active permet de mesurer la force des attentes sur l’issue de ce débat à la portée nationale dont les enjeux sont partagés par tous » a déclaré Christophe Bourgue, Directeur du site Schneider Electric Carros.

                              Synthèse des ateliers

                               

                              Atelier 1 : « Favoriser les processus de recherche...

                              « Favoriser les processus de recherche et d’innovation pour accélérer la transition énergétique »

                              • Les participants à cet atelier ont commencé par constater la nécessité d’avancer, dans le même temps, sur deux piliers distincts mais complémentaires – et même interdépendants :
                                - La recherche fondamentale : investir intelligemment pour encourager le développement de solutions nouvelles ;
                                - La recherche appliquée et l’innovation : capitaliser sur les connaissances acquises pour permettre l’innovation concrète, à savoir l’industrialisation des fruits de la recherche.
                              • Le groupe s’est entendu sur la nécessité d’opérer des choix stratégiques en matière de recherche sans pour autant délaisser des pépinières d’idées. Mais pour obtenir ce subtil équilibre, sans que cela représente un coût qui n’est pas soutenable aujourd’hui, il faut pouvoir se reposer aussi sur un niveau plus global – et notamment celui de l’Union Européenne – qui permet de compléter efficacement les politiques nationales. Favoriser la mutualisation des ressources et des idées pour irriguer les différents projets permet également de ne pas se priver d’autres sources d’innovation et de maximiser les résultats.
                              • Certains participants ont insisté sur l’importance de simplifier les démarches administratives relatives à l’attribution et l’obtention des financements pour les chercheurs.
                              • Il faut enfin, pour tout le groupe, favoriser la créativité, à la fois dans le système éducatif et universitaire, mais aussi dans la société : c’est le fait de remettre l’idée de plaisir à la création et à l’innovation au cœur du dispositif, en favorisant le développement de méthodes participatives.
                              • Le sujet du stockage de l’énergie a permis d’illustrer, tout au long de l’atelier, ces discussions sur la recherche fondamentale et appliquée. Parallèlement, le cas des bâtiments pour lesquels les solutions existent est venu concrétiser la problématique de l’industrialisation des innovations.

                                Propositions issues du groupe de travail :

                                1. Simplifier les systèmes de financements de la recherche afin de permettre aux chercheurs de se focaliser sur leurs travaux.

                                2. Accompagner l’industrialisation des innovations dans le domaine de l’énergie.

                                3. Favoriser la mutualisation et jouer la complémentarité des politiques et des financements au niveau régional, national, européen et global.

                                4. Eduquer et former à l’innovation et à la créativité dans la société comme dans le système éducatif via par exemple des serious games, un véritable management de l’innovation, etc..
                               

                              Atelier 2 : « Eduquer, former et informer...

                              « Eduquer, former et informer pour mettre en œuvre le nouveau paradigme énergétique »

                              • Le groupe a insisté pour centrer le débat sur la formation aux enjeux de la consommation énergétique des jeunes générations qui représentent la société future.
                              • Le groupe à également fortement débattu sur le besoin de mettre en place une information claire sur l’orientation, auprès des étudiants à partir du collège ; ils ont insisté notamment sur la valorisation des débouchés à l’issue des filières techniques énergétiques, afin de les orienter vers des métiers parfois peu considérés ou connus.
                              • Il s’est également focalisé sur la volonté de redéfinir la filière de l’efficacité énergétique afin d’adapter les formations initiales et continues aux enjeux industriels et économiques actuels.
                              • Les intervenants ont finalement exprimé leur souhait de favoriser les échanges entre le secteur privé et l’éducation nationale.
                              • Enfin, la discussion s’est conclue sur la nécessité de rendre tangible la dépense énergétique en information notamment sur la consommation des bâtiments et, en premier lieu, celle des bâtiments publics.


                              Propositions issues du groupe de travail :

                              1. Sensibiliser les  enfants dès leur plus jeune âge à mieux consommer grâce à la mise en place d’enseignements spécifiques ainsi que par l’apprentissage de gestes concrets au quotidien.

                              2. Revaloriser les filières techniques en informant les jeunes de manière transparente sur les besoins et débouchés réels des filières en rapport avec l’efficacité énergétique.

                              3. Communiquer sur la mesure de la consommation des bâtiments et rendre obligatoire l’affichage de celle-ci, notamment dans les bâtiments publics.

                              4. Rendre les autorités publiques exemplaires en matière d’usages et de consommations énergétiques.

                               

                              Atelier 3 : « Actionner maintenant le levier de l’efficacité ...

                              « Actionner maintenant le levier de l’efficacité et de l’optimisation énergétique »

                              • Les participants ont commencé par évoquer le lien entre l’utilisateur et les technologies : l’utilisateur est au centre même si le groupe s’est accordé à reconnaître que tout faire reposer sur « sa seule volonté » ne suffit pas. Dès lors, la technologie doit être pensé pour aider l’utilisateur à mieux comprendre et à agir, voire à le faire à son insu de manière automatisée.
                              • Ensuite, le groupe a insisté sur le fait que la maitrise de l’énergie est déjà opérationnelle et que l’on peut la mettre en œuvre dès aujourd’hui. Il a également, à ce sujet, évoqué la question du retour sur investissement et celui-ci doit être suffisamment rapide pour pouvoir favoriser la mise en place de la maîtrise intelligente de l’énergie.
                              • Dans un troisième temps, les participants se sont accordés à dire qu’il est nécessaire de sensibiliser les utilisateurs grâce à des indicateurs et à un monitoring intelligent, fournissant de l’information qualifiée pour l’aider à comprendre et à prendre des décisions.
                              • Puis, ils ont également insisté sur le besoin d’adopter une vision stratégique globale, de développer des mesures incitatives - fiscales ou tarifaires – mais également de mettre en place des mesures très concrètes, à l’échelle d’un bâtiment voire à une plus petite échelle, pour favoriser les petites actions concrètes.
                              • Enfin, le dernier point du débat a porté sur l’exemplarité (pouvoirs publics, industries, etc.) pour montrer l’exemple et initier le mouvement.
                                .

                              Propositions issues du groupe de travail :

                              1. Sensibiliser l’utilisateur et lui donner les moyens de savoir ce qu’il fait ou ce qu’il pourrait gagner en optimisant sa consommation énergétique, notamment au travers d’indicateurs qui fournissent l’information sur la consommation, la retraduise (en euros, en arbres sauvegardés, etc.) ou permette de la simuler simplement.

                              2. Intégrer systématiquement les technologies au service de l’efficacité énergétique (capteurs, etc.) en encourageant les industriels à les intégrer automatiquement dans tous les équipements et bâtiments.

                              3. Développer une réglementation adaptée et incitative pour favoriser la mise en place des solutions au service de l’efficacité énergétique.

                               

                              Atelier 4 : « Développer une politique tarifaire...

                              « Développer une politique tarifaire et des mesures incitatives pour changer les comportements »

                              • De nombreux participants à cet atelier étaient des acteurs privés dont les activités concernaient soit la production – notamment d’énergies renouvelables ou encore issues des filières de revalorisation énergétique - soit l’efficacité énergétique notamment dans le bâtiment ou à l’échelle d’éco-quartier.
                              • Les participants ont exprimé des positions divergentes sur la nécessité ou pas d’augmenter le prix de l’énergie. Certains sont tenants d’une augmentation, nécessaire du prix de l’énergie pour opérer des changements de comportements, mais aussi pour dégager des ressources afin de développer d’autres solutions et rendre attractives les mesures d’efficacité énergétique ainsi que les énergies nouvelles. D’autres, au contraire, se plaçant du point de vue du citoyen ou des acteurs industriels ont exprimé la nécessité de maintenir l’avantage compétitif français et de ne pas accroître la charge du budget énergétique des particuliers, tout en incitant à de meilleurs comportements. Des voix se sont du reste exprimées en faveur de mesures incitatives et pour la mise en œuvre de mesures réglementaires qui encouragent un meilleur partage de l’énergie et des ressources.
                              • Une autre partie des discussions a enfin porté sur la nécessité de penser le cadre d’action d’une manière plus globale et cohérente. Les décisions publiques ad hoc ont eu des conséquences parfois contre-productives.

                              Propositions issues du groupe de travail :

                              1. Mettre en place une politique tarifaire cohérente, inscrite dans la durée
                              .

                              2. Développer des mesures d’incitations – de type bonus/malus ou autres.

                              3. Penser la politique tarifaire et énergétique en harmonie avec les mesures mises en place dans les autres pays.

                              4. Préparer le cadre réglementaire permettant l’utilisation mutualisée des ressources énergétiques.

                               
                               
                                
                               
                              En savoir plus

                              En savoir plus 

                              Rapport EnerCamp

                              >Téléchargez le rapport (pdf, 2.96 Mo)